Print

Budget fédéral 2011 : des avancées pour les pensions…

Cela ne vous aura probablement pas échappé : le gouvernement fédéral en affaires courantes a bouclé son budget 2011 et, dans la foulée, pris ses responsabilités à l’égard de l’exécution du « non-accord interprofessionnel – AIP » des partenaires sociaux qui prévoit en son sein une « enveloppe bien-être ».

Contexte

Pour rappel, dans le cadre des négociations du projet d’AIP, les partenaires sociaux s’étaient mis d’accord sur l’attribution de 60% de l’enveloppe dans le régime salarié. Le gouvernement a décidé de l’affectation des 40% restants.
Le gouvernement fédéral a donc tenu ainsi ses engagements du passé, à savoir l’application de la loi de 2005 qui prévoit tous les deux ans – pour faire face au coût de la vie – une négociation autour de la liaison au bien-être des allocations sociales et des pensions !

Liaison au bien-être

Concrètement, l’enveloppe globale « bien-être » ainsi dégagée pour les années 2011 et 2012 se répartit de la sorte :

Ces moyens seront principalement orientés vers 2 groupes-cible : d’une part les pensionnés et d’autre part les personnes invalides.

Mesures concrètes

Nous vous présentons donc ici les avancées relatives aux pensionnés salariés et indépendants :
1. Pour tous (travailleurs salariés comme indépendants), une augmentation de votre pension de 1,25% dès 2012
2. Pour les salariés :
a. Les pensions minimum de près de 320.000 bénéficiaires augmenteront de 2% au 1er septembre 2011
b. Les pensions les plus anciennes (plus de 15 ans) croîtront même de 2,25 %, dès 2012, opérant ainsi une petite partie du rattrapage
3. Pour les indépendants :
a. Les pensions minimum des travailleurs indépendants seront augmentées de 2,11 % en 2011 et de 2,33 % en 2012
b. Les pensions les plus anciennes (plus de 15 ans) croîtront même de 2,25 %, dès 2012, opérant ainsi une petite partie du rattrapage
4. Les allocations des régimes d’aide sociale (dont la GRAPA pour les personnes âgées) seront toutes augmentées de 2% le 1er septembre 2011.

Analyse UCP

Même s’il est évident que l’on peut regretter le timing dans lequel ces avancées s’inscrivent et que nous aurions souhaité aller plus loin sur certains aspects à l’égard des travailleurs salariés, l’UCP, compte tenu du contexte général dans lequel la Belgique se trouve actuellement (cadre budgétaire fédéral, déficit de la sécurité sociale, impasse dans l’AIP entre partenaires sociaux, blocage institutionnel,…) se réjouit des choix opérés dans l’affectation de l’enveloppe dite « bien-être », en particulier à l’égard des plus anciennes pensions !
Mais, si on peut se réjouir, il y a lieu aussi de relativiser car il reste du chemin à parcourir sur cet enjeu, à savoir :
- D’une part l’UCP rappelle que l’écart à combler pour les plus anciennes pensions est estimé entre 20 et 25% ! Ce nouvel accord ne réduit donc le décalage que de 10% !
- D’autre part, l’UCP souhaite que le gouvernement fédéral sorte de cette logique de négociation tous les deux ans autour de l’affectation de cette enveloppe « bien-être » et, qu’avec les partenaires sociaux, il instaure une liaison structurelle et automatique au bien-être !
Enfin l’UCP regrette la manière dont le gouvernement et les médias ont relayé l’information comme quoi les pensions seront dorénavant à 1000 euros minimum. C’est malheureusement un raccourci puisqu’il s’agit, pour en bénéficier, d’avoir une carrière complète, ce qui est loin d’être le cas pour tous, et en particulier pour les femmes !

Frédéric Possemiers, Secrétaire Politique UCP

Publié le dimanche 20 mars 2011 par UCP

UCP, mouvement social des aînés